ART | Collaboration avec Guillaume Thoraval : Pique à Chignon.

 

Pique à Chignon (2015) Guillaume Thoraval & Nathalie crottaz.

Inclusion, soudure verre métal, borosilicate, sodocalique.

En rencontrant Guillaume, toute une nouvelle dimension est apparu devant moi. Je ne connaissais pas la verrerie scientifique au chalumeau, je ne connaissais pas le monde de la bille de collection et lui ne connaissait pas si bien que cela le monde la perle, mais il était intéressé par le sujet et déjà impressionné par le travail de certaines collègues. J’étais curieuse de découvrir son univers et d’en savoir plus. Lorsque nous nous sommes rencontrés nous avions nourri dès le départ l’envie de créer ensemble. Bien que cette pièce ne soit pas liée au travail scientifique à proprement parlé, pas de volume creux, pas d’appareils complexes, les travaux et les réflexions personnelles de Guillaume en tant que verrier scientifique l’ont amené à réaliser des inclusions et à développer des couleurs de verre avec des matériaux composites. Ce que nous avons utilisé dans cette collaboration.

L’idée de cette pièce, vient de Guillaume qui souhaitait travailler sur le thème du pique à chignon. J’ai trouvé l’idée séduisante, car dans l’univers de la perle de verre, c’est un accessoire souvent utilisé et moi même j’attache souvent mes cheveux avec ce type d’épingles. C’est aussi un accessoire que je trouve élégant, à la fois féminin et masculin.  Au Japon, les Geishas utilisent des Kanzashi pour décorer leurs coiffures mais qui peuvent aussi bien faire office d’arme de défense et pendant la periode Jomon, ces accessoires étaient supposés posséder des pouvoirs mystiques et ils étaient utilisés pour éloigner de leur porteur, les esprits maléfiques.

Cette dernières anecdote historique, rejoint l’esprit de notre collaboration. Ce pique à chignon, surmonté d’une inclusion de quartzite dans du verre borosilicate et aussi constitué d’une perle ronde plate, parsemée de points, reprenant la symbolique du mandala, se termine par une longue tige de verre. Cette pièce pourrait parfaitement faire office de sceptre ou de talisman, au vue de sa taille et de sa conception. Le pique a chignon mesure près de 30 cm de long. Et plutôt qu’une arme d’autodéfense, il pourrait être utilisé comme les baguettes de guérison. C’est un peu un artefact, avec une dimensions ésotérique.

La perle est enfilé sur une tige tungsten et le tout n’est pas collé, ni visé, mais littéralement soudé. Ce qui a été la phase la plus difficile pour Guillaume, qui s’est chargé de l’assemblage. Du fait que la perle soit en verre sodocalcique et le reste en borosilicate, il n’a pas été évident de préserver la perle des chocs thermiques éventuels pendant les phases de soudures. Mais ce travail technique fait partie intégrante de la beauté de cet objet et par extrapolation, on pourrait dire que de la conception à la perception de l’objet, le côté masculin protège le côté féminin qui renforce le tout. C’est un symbole très fort pour moi.  A mes yeux, l’harmonie et l’équilibre entre l’homme et la femme est primordial sur Terre. L’un et l’autre devant jouer de ses atouts pour veiller sur l’autre. Savoir former un cercle, une communauté de façon vertueuse. Et c’est en cela que le mandala prend tout son sens, par la forme de la perle et par sa décoration, j’ai eu envie de traduire l’esprit du yin et yang dans une autre langue.

Cette pièce est donc pour moi, un symbole d’union, entre la science et l’art, entre l’homme et la femme, entre les énergies positives et négatives. C’est une pièce qui cherche l’équilibre et l’harmonie, qui met en avant divers techniques pour protéger un savoir faire d’une part, la perle, mais aussi cette pièce symbolise certainement pour Guillaume, une avancée technologique, le fait que l’impossible devienne possible. Au delà de cela, je suis heureuse d’avoir pu mettre en valeur le travail de Guillaume sur les propriété profondes du verre, comme il a su mettre le mien en valeur dans cette collaboration. Nous avons crée cette pièce en 2015 et aujourd’hui nous souhaitons continuer de travailler sur ce thème. Il était temps pour nous que nous en parlions.

Merci pour votre lecture, je vous invite à continuer la conversation dans les commentaires, n’hésitez pas a partager les images avec respects et amour. A me rejoindre sur ma page facebook consacré à mes pièces uniques et mon travail d’enseignante ou encore à découvrir le travail de Guillaume sur sa page Facebook. Nous sommes ouverts à rejoindre toutes propositions artistique avec cette collaboration, pour une plus grande collaboration.


 

 

Perles de Vie | Une sculpture en faveur du monde animal

Totem of life - Beads of life nathalie Crottaz 2015

Perles de Vie – Beads of Life 2015 – Nathalie Crottaz

 

Perles de Vie, est un assemblage de trois perles, réalisé dans le but d’évoquer la vie sur Terre au travers du règne Animal. Ainsi dans ce trio de longues perles de verre, la vie sur terre, la vie dans les airs et la vie dans l’eau sont représentés. Elles sont décorées respectivement avec une technique au point et au fil pour représenter les poils des mammifères, puis avec la technique plume pour symboliser le plumage des oiseaux et enfin la technique écaille, pour représenter les animaux marins. Ces trois perles sont regroupées sur un socle en pierre qui symbolise l’élément Terre. Elles sont chacune positionnées sur une tige en inox. Les couleurs sont volontairement appuyées car la vie devrait être une explosion de couleurs, pour chacun de nous, cela représente l’énergie, le dynamisme.
 
Perles de vie représente actuellement uniquement le règne animal. Une sorte d’introduction, tout comme ce texte qui l’accompagne. Bien que mon envie d’ouvrir cette idée à la représentation de la vie sur Terre dans son ensemble, avec l’alliance des trois forces primaires de vie que forment l’Humanité, la Nature et les Animaux, le règne animal capte particulièrement mon attention en ce moment. Quotidiennement, notre nature sauvage est mise de côté pour respecter les normes et les codes de notre société actuelle, pourtant cet instinct est bien présent et il s’anime chaque fois que nous nous sentons libre d’être.
 
La vie sur Terre est un tout, nous sommes des êtres spirituels et nous vivons une expérience humaine sur cette planète. Nous voyons le monde avec nos sens et nos émotions, parce que nous sommes connectés à celui-ci. Il existe une connexion ancestrale qui nous relie à l’univers, nous le ressentons en nous d’ailleurs parce que nous sommes une partie de lui et cette force vitale est une partie de nous. La qualité de notre vie ici est directement liée à l’état de ce lien. Par conséquent notre rapport au monde est extrêmement important. Le lien qui unit l’humanité à la Nature et aux Animaux est si puissant et sensible que ces trois forces primaires de vie sont inséparables car nous sommes branché les uns aux autres et nous avons besoin de cela pour préserver l’équilibre, accomplir le cycle de la vie, apprendre et grandir avec sagesse dans l’éternel recommencement.
 
Cette notion de cercle et d’infini n’est pas sans rappeler la façon dont les Amérindiens appréhendaient la vie traditionnellement. Ce qui symbolisait pour eux l’unité, le cosmos ou encore les éléments, représentait également une façon de vivre harmonieuse, saine et respectueuse du vivant mais aussi permettait à chacun d’exister dans l’honneur, d’égal à égal et dans le partage. Les valeurs fondatrices de la culture amérindienne qui consiste à être en communion avec le monde animal et végétal représentent le vrai sens de la vie et tout ce qui existe naturellement contribue de près ou de loin à l’éducation, au bonheur et au bien-être de l’humanité. L’idée que l’être humain puisse dominer ces deux règnes est insensé par conséquent les vénérer semble être une meilleure idée.
 
Donc voici trois totems, pour célébrer la vie,la compassion et l’amour. Mais aussi trois totems pour mettre fin au monde tel qu’il est actuellement et permettre un nouveau monde de voir le jour, un monde de paix et d’harmonie. Trois totems pour préserver les océans, sauvegarder les forêts afin de protéger les animaux sauvages.  Trois totems pour lutter contre l’industrie agro-alimentaire et  permettre la vie de s’épanouir pleinement et librement. Archibal Belanay , cet homme blanc dit Grey Owl qui voulait être Indien, disait déjà dans les années 30 que « La paix ne pourra naître dans ce monde que lorsque toujours plus d’hommes prendront conscience de l’unité de la vie existante entre la nature , les animaux, les plantes, les minéraux et les hommes ; et vivrons en conséquences » Alors… Alors, je crois qu’il est temps de faire la connexion.

 


Si vous souhaitez réagir pour exprimer votre opinion ou si vous avez des questions techniques au sujet de la réalisation des perles de verre n’hésitez à m’écrire. Déposez un commentaire soigné, je ne suis jamais contre un échange constructif, vos réflexions me donneront du courage pour aller plus loin et me permettront d’enrichir ma propre vision.

Sincèrement,

.Nathalie.