Expérimentation| La pierre mysterieuse

Le jardin de mes grands parents était toujours élégamment fleuri dans mes souvenirs d’enfance, avec toutes sortes de Dahlias, de Roses, de fougères et de plantes médicinales… J’y ai dégusté mes premières capucines, au gout de moutarde et soigné mes premières piqûres de moustiques avec les feuilles de plantain sauvages… Nous allions chercher de l’eau au puit pour arroser le potager et nous y récoltions les légumes  pour agrémenter nos repas. Ma grand mère à toujours été une amoureuse de la nature et de la beauté originelle des choses, du bois, des plantes, avec un gout prononcé pour la décoration d’intérieur naturelle, sobre et le dont de créer une atmosphère chaleureuse et conviviale au fil des saisons. Le matin après la rosée, elle me faisait ramasser les pétales de fleurs tombés au sol, je les récoltais dans une petite panière basse en osier et nous les mettions ensuite à sécher dans la chaufferie. C’est un de mes plus agréable souvenirs là bas, à la campagne. Dans son jardin, joliment décoré elle disséminait un peu partout, toutes sortes de pierres et de minéraux, certainement pour leurs propriétés énergétiques, mais je n’en n’avais pas conscience à ce moment là. Parmi ces pierres, dans un petit coin entre le puit et l’étendoir à linge, il y avait une pierre brillante, d’un jaune vraiment très singulier, que je n’avais jamais vue ailleurs dans la nature.

Les années sont passées et ce souvenir s’est perdu dans ma mémoire, jusqu’à récemment, en me promenant à nouveau avec Guillaume dans le jardin. En arrivant devant le parterre de fleurs, je me suis souvenu de cette pierre, qui n’était plus là. J’ai interrogé ma grand mère, qui en fait l’avait changé de place. Le mouvement crée l’énergie. J’étais impatiente de la revoir. Je voulais à tout prix pouvoir l’identifier et raviver le souvenir de cette couleur dans ma mémoire. Une fois la pierre entre les mains, nous avons réalisé avec Guillaume que ce n’était pas une pierre comme les autres, après quelques recherches je peux dire qu’elle avait une couleur et une texture très proche de la Dewindtite ou de la Vanuralite  mais elle était composée de strates transparentes et verdâtre. Mais, c’était du verre ! Nous en étions certains.

bloc-de-verre-jaune-fond-de-creuset

Depuis que je travaille le verre, j’éprouve une réelle envie de comprendre son histoire en France, son évolution et sa disparition. Car nos usines de fabrication de verre sont fermées depuis de nombreuses années. Ce bloc de verre brut, représente tout cela. Ma grand mère à ramasser ce fond de creuset dans le jardin d’un membre de sa famille en région parisienne, cette personne l’avait lui même trouvé enfouis dans la terre de son terrain à proximité d’une ancienne usine … Ces détails sont encore un peu flous à vrai dire.

pierre-mysterieuse-mineral-verre-jaune-strates

Je l’ai ensuite montré à différentes personnes, Pascal Guegan, archéologue de formation, spécialisé dans la perle de verre et Paul Trautman,  fabricant de baguette de verre aux Etats-unis. Tout deux ont été d’accord pour affirmer que c’était un fond de creuset. Ce qui confirmait notre analyse. Après notre discussion autour de ce bloc de verre, j’ai expliqué que j’aimerais bien en prendre une partie pour faire quelques tests, Pascal m’a suggéré que ce serait une bonne idée d’en faire des perles et d’en offrir une à ma grand mère car j’étais malgré tout partagé entre l’idée de casser littéralement ce souvenir d’enfance et la curiosité de voir le résultat d’une transformation à chaud. Son idée m’a séduite. J’ai offert la plus jolie perle à ma grand mère, qu’elle a exposé sur le devant d’une petite fenêtre du salon, qui donne sur le jardin. Avec les autre perles, j’ai réalisé un marque page composé de 7 perles. La dernière est un peu particulière, car j’ai souhaité conserver au maximum les couches de verre sur la perle.  Un filage classique aurait mélangé toutes les couches, j’ai donc opté pour une superposition brut de deux morceaux du bloc jaune, puis j’ai ensuite façonné la perle de manière à ce qu’elle représente un minéral en pointe avec une base irrégulière comme on en voit souvent. Ces minéraux sont utilisés pour la guérison la majorité du temps, la pointe permet soit d’adsorber les énergies pour les extraire soit de les charger pour les retransmettre. Je trouvais que c’était une symbolique intéressante pour finaliser ce projet et de faire le lien entre les livres et les minéraux, comme la sagesse des anciens et le souvenir de mon enfance.

 

perle-de-verre-energie-spirituelle-mineral-pointe-de-guerison-jaunemarque-parge-perle-de-verre-artisanal-lecture-spirituelle-cristal-mineral-point-de-guerison
Pour clore cette expérience, je vous propose de regarder une courte vidéo que j’ai réalisé avec le processus de destruction et de renaissance du verre. Pour moi ça a été vraiment exceptionnel de réaliser ces quelques perles avec ce verre , j’ai eu beaucoup de plaisir a travailler sur ce petit projet, avec la nostalgie de mon enfance comme point de départ et avec le projet final comme source d’énergie. Comme quoi les petits projets ont un gros pouvoirs sur notre être. Et puis, je vous invite à me retrouver sur instagram au travers de Neha Crea, là bas j’ai dernièrement posté la signification et le symbolisme de la couleur jaune, ce qui complétera cet article.


.A bientôt.

Feu Créatif |Le cycle de la vie

 

Spiritualiser la matière pour éviter de s’enfermer dans le matérialisme, au travers des Mandalas de perles ici et en profiter pour discuter de la Vie, de la Mort et du caractère éphémère de toutes choses, en ce premier novembre où les chrysanthèmes sont à l’honneur tandis que la lumière du jour reprend le dessus sur l’ombre de la nuit passée.

Tout d’abord le mandala est un outil ancestral très puissant dont j’avais quelques notions jusqu’ici, notions surtout thérapeutiques et plus brièvement sur  son pouvoir de favoriser la concentration. Comme j’ai réalisé ceux ci plus ou moins dans l’ignorance, j’ai simplement suivie mon intuition, c’est ce que j’appelle le feu créatif. Une action créative dans le moment présent sans préméditation. Cette spontanéité provoque ensuite chez moi une multitudes d’idées  le lendemain puis le sur lendemain. Et quand j’arrive à relier le tout je suis heureuse d’avoir compris ou d’avoir crée.  Depuis j’ai découvert plusieurs choses sur le mandala, je le trouvais adapter à cette période ou le cycle de la vie est au centre de l’attention.

Le mandala  est le cercle invisible de la spirale qui le compose. Cette même spirale  qui débute au centre du cercle, représentant la perfection,  s’étire en un trait qui tourbillonne a l’infini et peut pendre la forme d’un labyrinthe ou d’une rosace. Le cercle, par la totalité, l’unité qu’il représente nous pousse aller vers notre psyché, au centre de nous même. Le cercle renferme notre monde intérieur, comme l’expose Kandinsky  dans son livre « Du spirituel dans l’art et dans la peinture en particulier ». En regardant mes assemblages, d’instinct j’ai eu  envie d’encercler ces rythmes de perles, comme pour protéger ce qui a été construit le temps d’un instant. En réfléchissant un peu, la notion du cercle est très importante chez les natifs américains, qui avec le cercle protègent l’esprit, on pense aux attrapes rêves notamment et puis à la purification lorsqu’ils se rassemble pour leurs rituels. Pratiquer le mandala est visiblement une sorte de moyen de se purifier soi même, de se découvrir et de s’apaiser,  en laissant son cœur créer des formes qui résonnent naturellement les une avec les autres.

Une perle est en quelque  sorte une spirale. On la façonne ainsi : elle commence par un point de base qui adhère au mandrin puis le verre s’étire en un fil et s’enroule en spirale avant d’être coupé dans le feu pour que la main de l’âme bâtisseuse puisse façonner cette perle, afin qu’elle devienne bien ronde. Comme on me l’a appris lors du Symposium, une perle symbolise la vie et la mort, cette sphère transpercée de part en part donne naissance à ce long tunnel, celui de la vie, menant de la naissance jusqu’à la mort. Rassembler des petits objets en mandalas, est un acte universel nous le faisons tous, sur mon premier blog j’avais partagé des mandalas de coquillages et de morceaux de verre ramassés sur une plage Bretonne et l’artiste Kathy Klein à souvent illuminé mes pensées avec ses créations florales époustouflantes. J’ai réalisé dans le passé également des perles Mandalas, ce n’était que les prémices de ma vision et il me tarde maintenant que j’ai appris toutes ces choses de m’y replonger. L’artiste Elspeth Mclean est aussi une merveilleuse source d’inspiration. Les points sont une grande partie de notre travail de perliers. Kathy Klein se décrit comme une artiste des points, ce qui nous renvoie directement à l’une des plus grande perlière de notre époque surnommé « The queen of dots », l’artiste Kristina Logan qui sur ses perles, par l’ajout de points laisse apparaître des rythmes et souvent par la déformation de ceux ci, une belle rosace. Ce qui en soit est un mandala. Cette artiste a été la première à me faire réaliser qu’une perle était une oeuvre d’art à part entière, au même titre qu’une sculpture.

Dans la pratique, réaliser un mandala procure la même sensation que réaliser une perle de verre et produit un effet similaire sur la conscience qui entre alors dans un état de concentration méditative, en nous renvoyant vers notre centre. Lorsque l’on façonne des perles que l’on veut décorer de points, on démarre à un endroit, puis on en pose un autre à l’opposé. De ce fait comme dans le mandala les contraires s’équilibrent, comme ils équilibrent la perle et lui permettent de tourner rond. C’est la magie de la symétrie. Les perfectionnistes sont toujours heureux de travailler la symétrie puisqu’elle renvoie au cercle parfait, harmonieux et équilibré. Les perles ici assemblées en mandalas, sont réalisées manuellement mais de façon répétitives et de façon mécanique. L’esprit est concentré,mais il a le temps de vagabonder un peu avant de devoir se recentrer à nouveau. Réaliser un mandala avec ces perles, est un peu comme la continuité logique de ce travail. Pour certains rébarbatif, pour moi libérateur.

Le verre transformé et donc à présent froid est désormais figé. Immortalisé dans ces photos en Mandalas. Mais les perles dans la réalité peuvent toujours bouger, rouler et rester en mouvement. C’est un peu comme nous avec notre vie. On pourrait se contenter d’être comme on est fait dans la matière, on pourrait se contenter de notre état d’esprit actuel. Mais c’est impossible car nous suivons des cycles, car dans la réalité tout est en mouvement permanent. Le moment présent nous poussent à rester en mouvement continuellement et à avancer, pour que nous ayons la possibilité chaque matin d’utiliser notre potentiel à son plus haut niveau.

Par ces quelques Mandalas, je vous souhaite force, vitalité et énergie aujourd’hui et de quoi explorer avec intuition et créativité vos possibilités.  Une partie de ce qu’il faut en somme pour réaliser vos rêves et obtenir une vie que l’on aime. On a commencé notre mandala à notre naissance, chaque cycle représente un étage de notre mandala et si nous travaillons dur sur nous, notre vie, nos rêves, nous finirons par réaliser notre mandala parfait à l’echelle de notre vie car  » Le guerrier sait qu’un grand rêve est formé d’une multitude d’éléments, de même que la lumière du soleil est la somme des millions de rayons de lumière qui le compose « ( Paulo Cohelo ).

 


Merci pour votre lecture, réagissez et enrichissez cette réflexion en partageant vos pensées dans les commentaires. Toutes sources d’inspiraiton en lien avec cet article est la bienvenue, pour ma curiosité notamment. Nathalie.