une pause + ANNONCES

 

Je pars quelques jours avec Guillaume dans un petit camping au calme afin de profiter du soleil de l’Ardèche et de nous ressourcer dans ses rivières en toute simplicité, ce qui se résume souvent à se nourrir au feu de camp, vivre en plein air le plus possible, profiter des nuits étoilés et visiter les coins secrets de cette région que aimons beaucoup. Ce qui nous procure chaque fois un bien être maximum. Si vous aussi vous partez quelques temps en août, nous vous souhaitons un bon repos, de belles balades ou en tout cas de bons moments.  Par conséquent, les boutiques, blogs, réseaux sociaux seront eux aussi au repos.

A la rentrée de septembre, il y aura plusieurs temps fort pour moi. Vous assisterez au lancement de ma boutique en ligne NEHA CREA, je vous présenterai donc la collection de bijoux et d’accessoires de façon officielle. Je vais enfin ancrer ce projet et lui permettre de s’enraciner pleinement. Cette perspective me plait et bien que cela me rende nerveuse car je ne suis jamais pleinement satisfaite.
Je participerai aux Journées du Verre et de la Perle à Sars-Poterie mais aussi au Spektrum Symposium en Allemagne à Wertheim en Octobre. Vous trouverez les information dans le menu événement du site.
A Sars Poterie, je présenterai mon travail actuel autour des boucliers de verre et de mes Totems. J’aurai aussi l’opportunité d’utiliser ma voix et de présenter une mini conférence intitulé  » Cultivons les perles de verre « . Lors de cette présentation, je parlerai d’un projet commun sur lequel nous travaillons actuellement avec Kathryn Greer et je souhaite également parler des décorations florales dans la perles de verre. J’aimerais illustrer mes propos avec des perles d’artistes qui utilisent ce thème. Si vous même travaillez la dessus ou si vous connaissez des artistes qui explore cette thématique n’hésitez pas à m’en parler afin que je puisse avoir un large choix d’exemples à partager. J’ai déjà une petite liste d’artistes à contacter, mais à plusieurs ont va plus loin comme vous le savez.

Ce blog va certainement profiter de quelques transformations également et il portera un nouveau nom. Si vous me suivez depuis mes débuts en 2008, vous savez que les choses ont évoluées, les formats ont changés et différentes perspectives ont vue le jour. J’essaie chaque fois d’apporter plus de définition à mes projets car ma vision évolue, les idées s’affinent et chaque choses trouvent petit à petit sa place.  C’est aussi parce que j’ai fais des erreurs c’est 3 dernières années et que j’ai eu de mauvaises expériences et que cela forge aussi le caractère et les habitudes. Pour moi cela témoigne aussi du fait que mon projet est vivant et je me sens libre de l’emmener où je me sens mieux. Pour certains cela doit être difficile de comprendre pourquoi je sépare les choses, mais pour moi c’est très claire. J’ai l’intention d’exploiter d’avantage ma chaine youtube également mais je reviendrai sur toutes ces choses prochainement.

Avez vous entendu parler des « Mike Close Marble Molds » ? Et bien dès la rentrée vous pourrez vous en procurer plus facilement, car Guillaume et moi sommes désormais les fournisseurs officiels des moules à marbles en graphite Mike close, made in USA en France. Pour nous c’est au delà du simple fait de fournir de l’outillage et nous n’avons pas l’intention de devenir fournisseurs d’accessoires, nous souhaitons simplement proposer un outil de qualité avec lequel nous aimons travailler et ainsi soutenir également le travail de Mike Close.  Pour Guillaume, c’est pour lui l’occasion d’introduire un outil spécialisé de qualité pour la fabrication de billes de collection et permettre à cette discipline de s’épanouir en France en Europe plus facilement. Vous pourrez donc à la rentrée nous passer commande !

Plusieurs personnes m’ont demandé dernièrement où il était possible de voir mes créations en vente. Toutes mes pièces uniques, mes projets artistiques sont en vente sur ma boutique ETSY. Actuellement elle est vide, car je réserve toutes mes pièces pour Sars Poterie et Wertheim. La boutique ouvrira à nouveau en Octobre et sera réapprovisionné ensuite tout les 1Er du mois et éventuellement tout les 15 du mois.

Vous avez pu constater que je fais des mises à jour régulièrement du site, afin que les informations soient toujours le plus claires possible. J’ai récemment modifier quelques menus et j’ai réactualisé le menu des stages. La brochure est toujours en cours de rédaction, je sais que je prend beaucoup de temps, mais j’ai mes raisons et vous les découvrirez  à la rentrée de septembre justement ! Mais en attendant il y a des nouvelles dates de stages organisés à l’Age du Verre donc si vous êtes intéressé par une formation,  vous trouverez les dates et les différents modules que je propose.

Pour finir, j’ai envie de dire que les vacances sont essentielles pour réussir à mettre en place ce que l’on souhaite voir devenir réalité car un corps sans énergie, une âme fatiguée est un frein à la créativité et à l’épanouissement de ses projets. Lacher prise et se plonger dans le moment présent est exactement le but des vacances. Je vous souhaite donc à tous de prendre bien soin de vous et de votre artiste intérieur, j’espère que l’été vous aura permis de vous ressourcer pour pouvoir boucler votre année en beauté ! Croyons en nous et prenons soins de nous !

.Nathalie.

 

Communauté | Le Borofest Glass Love event UK 2017

C’était il y a deux semaines, Guillaume et moi, nous avons été invités à participer au Borofest  en Angleterre dans la ville de Northampton, à moins d’une heure de Londres.

Qui dit Borofest ne dit pas Sodofest* ! Je me sentais un peu intimidé à l’idée d’aller travailler du boro là bas, alors que je ne le manipule que si peu ! J’utilise le borosilicate pour réaliser mes implosions ou certains pendentifs mais le plus gros de mon travail est focalisé sur le verre sodocalcique, donc les repères ne sont plus les mêmes et les sensations non plus !

Nous avons fais le voyage avec un sac à dos et une grosse valise de Viry-Chatillon à Northampton, qui comprend un départ à 5h50 de la gare de Savigny sur Orge jusqu’à la station St michel à Paris, puis un autre métro vers Gare du nord et enfin un siège dans l’Eurostar à destination de London St pancras. Nous nous sommes un peu perdu dans le métro londonien, en quête de notre correspondance pour Northampton mais finalement nous sommes arrivés à destination et à l’heure. Kieran  qui organisait l’événement en grande partie et sa compagne Eve, nous ont accueilli à la gare et n’avions plus qu’à suivre le courant.

Nous sommes arrivée sur place la veille de l’événement et nous avons pu découvrir l’emplacement, l’organisation et le staff ! Petit coin de campagne, avec petit étang et gros poissons, canards et soleil. Un espace camping, un espace concert sous chapiteau, un espace Chalumeau avec un petit coin expo/vente collectif gérer par deux personnes, un espace pour le cannabis crew, la restauration, les toilettes chimiques et tout ça en pleine nature.

J’aurai du mal à dire qui j’ai rencontré et quand, mais c’était super de faire la rencontre de kieran Rowan connu pour ses fameux masques anonymous et de voir l’atelier qu’il a monté dans le salon de sa maison. En fait c’était super de faire la rencontre des amis de Guillaume dont il me parle souvent comme Mark Horner, reconnu pour ses fumage à l’or et à l’argent et sa compagne Tracey ou encore Joe Samuelson et son talent pour associer les couleurs et le façonnage de pipes en verre. Mais sincèrement il y aurait beaucoup d’autres personnes à citer car j’ai découvert beaucoup de pipemakers* là bas, doués et très amicaux.

Nous avons passé la première nuit à l’hôtel Sedgebrook et c’était appréciable après ce voyage, mais ensuite nous avons campé sur place, afin de limité les frais et les allées retour pour Eve qui était officiellement la conductrice des invités, mais aussi pour profiter au maximum.

Durant l’événement, il n’y avait pas forcément accès au chalumeaux avec lesquels j’ai l’habitude de travailler car ils étaient réservés pour les initiations que donnaient Kieran. Soit dit en passant, sacrée mission que Kieran ç du relancer, entre l’organisation et la gestion de l’événement et la transmission de son savoir ! Guillaume et moi sommes bien placés pour comprendre le stress, le plaisir, la fatigue physique et mental que cela implique, compte tenu des sollicitations nombreuses tout au longs de ces journées, la quantité d’informations à recevoir et à donner en permanence… Du coup, j’ai tenté de réaliser des perles en boro avec un chalumeau Arnold, heureusement que certains était là pour guider mes pas, car ce chalumeau est semble t-il très efficace, avec différents types de flammes, mais quand même un peu difficile à maîtriser  et à comprendre tout ç fait au départ ! Je ne dirais pas que la perle fut une réussite , malgré sa simplicité, c’était vraiment peu agréable de filer une perle en boro et stressant de travailler sur ce monstre de chalumeau, bien que maintenant je suis contente de l’avoir tester, je regrette souvent que sur mon midrange il n’y ai pas de très petit flamme, fine et directe.
Petite difficulté supplémentaire, là bas ils travaillent tous debout, ce qui se révèle être un atout dans certaines techniques, mais pour ce qui est de la décoration de surface ou les finitions, c’est un vrai inconvénients, car il manque une certaine stabilité au niveau des avant bras.

 

J’ai consacré le reste de ma journée après cela à filmer et à regarder les démonstrations, faire de nouvelles rencontres… Mark m’a montré et expliquer comment il réalisait ses implosions à multiples vaporisations d’oxydes métalliques, c’était super et je me suis régaler à découvrir le façonnage et le soufflage des pipes à eau ou encore les multiples techniques décoratives que l’on retrouve souvent dans cette communauté, le wig wag par exemple.

Il y a avait plusieurs animations, des jongleuses et danseuses de feu, un fauconnier, des petits concerts, du thai chi, une restauration vegan avec des HempBurgers*, j’ai beaucoup apprécié cette option, nous avions proposé une option végétarienne lors du symposium également. C’est une chose que j’apprécie beaucoup en Angleterre, il y a de nombreuses de solutions végé pour se restaurer et même dans les sandwichs.
Le lendemain, j’ai eu accès au nortel Redmax, je me suis amusée à faire une spirale hypnotique et un vortex, deux techniques que Guillaume m’avait enseigné il y a 3 ans et ensuite j’ai façonné trois petites perles car un de mes rêves en boro est d’enchâsser une perle dans un marble, car c’est de la que je viens. Un premier test chez moi avait échoué, je n’ai pas assé de puissance, c’est long et fastidieux, mais ici j’ai un nouvel essai qui à bien tenu, mais il reste encore plusieurs points à peaufiner.
Mon prochain but dans ce type d’événement, sera d’être capable de réaliser ce projet impeccablement et de faire des collaborations en fixant un marble ou un cabochon sur la pièce d’un verrier intéressé par mon travail.

 

Le week-end s’est terminé paisiblement, nous avons passé beaucoup de temps avec Lee et Shamack, nos invités du premier et du deuxième symposium, c’est très agréable de garder le contact et encore plus d’approfondir nos liens en partageant des moments comme celui ci.  Grâce à eux, on a découvert ce qu’était le traditionnel petit déjeuner britannique, j’ai beaucoup apprécié les haricots blancs et les champignons sur les toasts !
Je vous laisse découvrir la vidéo et si vous avez des questions, n’hésitez pas à les poser en commentaires afin de permettre à chacun d’en profiter !

La semaine prochaine je partagerais avec vous le contenu de ma boite à outil de nomade et ensuite 5 choses qu’il ne faut jamais oublier en voyage verrier et ce que j’ai rapporté avec moi !
Alors à la semaine prochaine, bonne flamme !
.Nathalie.


*Sodofest : Pas de mauvais jeu de mots, il s’agirait plutôt d’un festival consacré au verre sodocalcique
*Pipemakers : Les verriers qui fabriquent des pipes en verre simples ou complexes.
*HempBurgers : Burgers avec un steak végétal à base de graines de chanvre. Très bon.
*Cannabis Crew : Certains passionnés d’horticulture et d’autres revendeurs de verrerie utilitaires ( functional glass art ) spécialisés dans ce domaine sont venus soutenir l’événement.

STAGE COLLECTIF | Implosions et Inclusions à l’Age du Verre

Suite à plusieurs demandes, un nouveau stage à thème vient d’être programmé pour le 17 et 18 juin 2017.  N’hésitez pas à vous rendre dans l’onglet « Stage » de mon site internet afin de prendre note des prochaines sessions programmées à l’Age du Verre.

La première journée sera consacrée aux implosions et la deuxième journée aux inclusions.  Pour la première fois, il n’y aura pas uniquement un apprentissage du travail de la perle de verre mais aussi un apprentissage du travail du verre sans mandrin, afin de réaliser des pendentifs ou encore des cabochons.

Vous pourrez choisir de suivre une seule journée de stage ou bien de participer aux deux journées auquel cas un prix avantageux vous sera proposé.

Alors si vous souhaitez vous initiez à la technique de l’implosion ou bien si vous souhaitez décupler votre créativité en apprenant à inclure des éléments dans votre verre comme du grillage de cuivre ou travailler avec de l’argent, je vous invite à prendre connaissance du programme directement sur le site internet de l’Age du Verre, atelier dans lequel aura lieu cet formation.

Pour plus d’information, n’hésitez pas à me contacter ou à contacter Pascal Guegan.

Nostalgie Créative | La peur de la perle blanche

L’angoisse de la page blanche transposée au filage de perle au chalumeau. Parfois il ne s’agit pas vraiment d’un trou noir au creux de la cervelle, mais au contraire d’une profusion d’idées et d’envies, d’ un trop pleins d’images organisées en un désordre sans nom qui paralyse. L’un comme l’autre, le vide et le trop nous empêchent de créer et l’angoisse de la perle blanche nous envahit. Dans ces moments là, faut-il abandonner ou s’acharner pour obtenir un résultat ?

Selon moi, il vaut mieux couper le chalumeau ce jour là si cela fait plusieurs perles que vous plongez dans l’eau d’énervement. L’énergie n’est pas bonne, mettez vous au repos. Mais le lendemain il faudra se remettre au travail. Il serait dommage de laisser ces séances catastrophiques prendre le dessus sur votre savoir faire et votre créativité.

Aujourd’hui, en me basant sur ma propre experience, je pense pouvoir proposer quelques idées afin de vous aider, si vous aussi vous avez l’impression de vous retrouver dans ce type de situation. A mon avis il est parfaitement normal de vivre des périodes de doutes, des périodes de grande productivité et des périodes de vide, car réussir à exprimer sa créativité est une aptitude liée aux émotions que l’on ressent, au style de vie que l’on pratique et à la vision que l’on a de ses objectifs. Mais sur le moment, le vivre et l’accepter n’est pas si évident, car les séances frustrantes s’accumulent et cela amplifie les doutes et le stress.

{Comment dépasser ce stade, comment surmonter cette période creuse ?}

Aujourd’hui, j’ai le sentiment d’avoir dépassé ce stade et j’ai beaucoup travaillé sur moi pour améliorer cela. La première étape consiste à intégrer l’idée que l’on est capable de résoudre cette situation soi même, il faut simplement se poser cette question : Que puis-je faire pour améliorer ma situation ?  Une solution a bien fonctionné avec moi et elle consiste à créer une liste de premier secours. Cette liste est constituée de plusieurs petits plaisirs à cumuler avant de se mettre au chalumeau.  Et de s’en servir autant de fois qu’il sera nécessaire. Se créer un rituel spécial, pour pouvoir redémarrer, permet de se mettre dans un état d’esprit ouvert et paisible et aura pour conséquence d’augmenter la concentration.

{Ma liste de premiers secours à l’atelier pour retrouver la paix}

– Allumer une bougie
– Brumiser des huiles essentielles (une synergie de préférence)
– Se servir une boisson chaude et apaisante ou rafraîchissante et revigorante
– Ecouter une musique inspirante
– Ranger, trier, organiser
– 5 minutes de méditation

Une fois cette première étape accomplie, généralement on se sent déjà plus détendu, les choses sont plus claires, les tensions sont parties. Nous pouvons passer à l’étape 2, en fonction de son problème de base, le trop pleins ou le trop vide.

{Face au vide}

Vous êtes devant le chalumeau mais rien ne vient, pourtant vous avez ce bouquin avec toutes ces perles superbes devant vous, vous vous sentez perdu et rien ne vous semble intéressant dans les perles que vous commencez à réaliser.

Je vous l’affirme, vous n’êtes pas vide, vous avez des quantités de sources d’inspiration qui ont influencées votre vie, de votre enfance à maintenant. La musique et ses rythmes, la peinture et ses couleurs, la danse et le mouvement ou encore le sport et son énergie, la magie et son mystère etc … Cela évoque t-il déjà quelques pistes en vous ?

Si ce n’est pas le cas, voici une liste de secours face au grand vide :  

– Choisissez deux couleurs et du transparent.
– Choisissez une forme : ronde, plate, tube …
– Choisissez un style en particulier : En interne ou en surface … ?
– Choisissez une technique en particulier  : Points ou fils … ?
– Choisissez une finition : Mat ou brillant … ?

Grâce à ces décisions, vous pourrez dresser la carte de votre projet sur un papier, disposez sur votre établis uniquement ce dont vous avez besoin et rien d’autre puis réalisez une perle, voir une série de perles.

{Face au trop pleins}

Vous êtes tellement passionné(e) que vous passez de nombreuses heures à admirer le travail des autres, c’est génial cela vous inspire, cela met en lumière tellement de techniques possibles, que les possibilités deviennent illimitées ! Votre carnet se remplit de croquis et d’idées, votre pinterest aussi, sur instagram vous découvrez tous les jours des dizaines de nouveaux artistes ! Oui mais vous, vous ne savez plus quoi faire de votre verre et votre concentration est quasi nulle. En effet vous passer d’une idée à l’autre car votre feu créatif est bouillonnant d’idées très variées, vous ne savez plus ce que vous aimez, qui vous êtes.

Liste de secours face au pleins :

– Choisissez deux couleurs et du transparent.
– Choisissez une forme : ronde, plate, tube …
– Choisissez un style en particulier : En interne ou en surface ?
– Choisissez une technique en particulier  : Points ou fils ?
– Choisissez une finition : Mat ou brillant ?

Et oui, qu’il soit question d’un vide ou d’un pleins, le mieux à faire selon moi est de se limiter volontairement dans le champs des possibles, dans les prises de décisions, d’épurer son esprit et son établis, afin de favoriser une concentration optimale, afin de s’ancrer réellement dans le moment présent et d’atteindre un petit objectif, celui de réussir à réaliser quelques perles pour cette séance. Des perles plaisir, des perles faciles, des perles de réconciliation avec soi même. Accepter les défauts, enfournez votre perle et reprenez un mandrin. A la fin de la cuisson, observez vos perles de la première à la dernière.

Perles blanches pour réveiller sa créativité

Même avec une seule couleur, les possibilités sont nombreuses, amusez vous ou profitez de cette experience de reconquête de votre énergie créative pour vous entraîner  à poser des points, des lignes, à maîtriser la chauffe et à jouer avec les reliefs…  Faites honneur aux perlières qui ont déjà explorées certains motifs, choisissez en un qui vous plait et entraînez vous à prendre du plaisir, comme avec les fleurs en relief par exemple. Ce ne sera pas une création, mais c’est la première étape pour reprendre confiance au chalumeau.

Une autre façon de reconquérir votre créativité est de s’accorder des moments d’exploration en dehors du chalumeau. Le dessin, la peinture, la couture, ce qu’il vous plaira, moi j’aime beaucoup la photographie. Chaque fois que je prend les perles de verre en photos, je commence quelque part et au fil des photos j’explore de nouvelles propositions… Et la direction finale, n’est pas toujours celle du départ. Il suffit de savoir observer les zones d’ombre pour comprendre parfois que la solution n’est pas si loin.

Art contemporain photographie et artisanat jeux d'ombre et de lumière clair obscur Nathalie Crottaz Glass Artist

Finalement, c’est un processus qui se retrouve dans la pratique du verre filé et de tout autre forme d’art, on commence toujours quelque part et à force d’explorer, de se perfectionner, d’approfondir, des années plus tard on arrive à tout autre chose.


J’espère que mon experience et mes conseils vous aideront dans votre parcours pour vous trouver, vous retrouver, vous épanouir car si vous êtes derrière le chalumeau, c’est que vous souhaitez utiliser votre pouvoir créatif !
Je vous invite à vous abonner pour recevoir de temps en temps la newsletter que j’aimerais commencer à utiliser. Merci pour votre lecture.

.Nathalie.


 

 

 

STAGE | Stage d’initiation au filage de perles de verre samedi 8 avril 2017

Bonjour à tous,

Depuis 2 ans j’enseigne le savoir faire perlier en cours individuel dans mon propre atelier mais aussi en cours collectif, à l’atelier de Pascal Guegan : l’Age du Verre basé à Chilly-Mazarin en Essonne. Jusqu’ici, les stages s’organisaient de façon plus où moins improvisée selon la demande, mais cette année nous avons décidé de programmer 4 stages, répartis sur l’année, afin de permettre aux personnes souhaitant débuter ou se perfectionner au filage de perles, de s’organiser et de prévoir un peu plus en avance ces sessions.

A déjà eu lieu en janvier, le stage de perfectionnement et ce samedi 8 avril, aura lieu le stage d’initiation !  Alors au programme, le B.A.BA du filage du verre sodocalcique autour de la perle de verre, pose de points, travail au fil, premier enrobage plusieurs formes de perles et divers techniques décoratives simples, pour bien débuter. Sans oublier les conseils techniques et divers points technologique. Il n’est pas encore trop tard pour vous inscrire !

Retrouver toutes les informations sur le site de l’Age du Verre rubrique Formation, n’hésitez à m’écrire pour obtenir plus d’informations et prenez note également de la suite du programme dans ma rubrique STAGE, avec les différentes dates et thématiques proposées. Si vous souhaitez suivre un stage plus approfondi sur des techniques bien ciblées comme : les murines, les canes torsadées, ou encore l’outillage, n’hésitez pas à faire vos suggestions en commentaires ou par mails, nous essaierons avec Pascal de programmer des sessions supplémentaires dans l’année pour répondre à vos demandes !

Bonne semaine à vous, je vous retrouve bientôt avec une nouvelle série d’articles variés et enrichissants sur le blog !

.Nathalie.


Evenement | JEMA 2017 au CERFAV de Pantin

jema_logo_pour-site-jema_0

Comme annoncé sur mon profil facebook en début de semaine, dans 2 jours j’aurai le plaisir d’animer un pôle de verrerie au chalumeau avec Guillaume Thoraval et Floriane Lataille au CERFAV  avec les Arts Codés.

Rendez vous donc le samedi 1 avril de 12h à 18h et le dimanche 2 avril de 13h à 17h, pour assister à des démonstrations de filage de perles et autres techniques du travail du verre au chalumeau et bien plus encore, au Centre Européen de Recherches et de Formations aux Arts Verriers, de Pantin.

Pendant ces deux journées, vous pourrez donc voir le verre en fusion, voir le verre changer de forme et de couleur, mais vous pourrez aussi expérimenter par vous même et ressentir le verre se métamorphoser sous vos doigts, si vous choisissez de vous inscrire aux ateliers de découvertes que nous proposons Guillaume, Floriane et moi même. Vous découvrirez comment la matière bouge et réagit à la flamme, comment effectuer vos premières perles etc…

Alors, plus que 2 jours pour vous inscrire aux ateliers qui se dérouleront sur 1h30, voici les créneaux horaires pour le samedi et le dimanche :

13h/14h30
14h45/16h15
16h30/18h


Retrouvez toutes les informations ici : http://www.journeesdesmetiersdart.fr/manifes…/you-need-hands et vous pouvez dès maintenant vous inscrire auprès de Phillippe Garenc pour vous inscrire : 
philippe.garenc@cerfav.fr

Venez nombreux en famille, entre amis, avec vos enfants, les Journées Européennes des Métiers d’Art existent pour que tout le monde puisse découvrir nos passions et métiers dans les ateliers qui ouvrent leurs portes et accueillent d’autres artistes et artisans. C’est l’occasion pour nous de rencontrer le public, d’expliquer les délicatesses et exigences de nos disciplines ou encore de susciter des passions auprès des jeunes comme des moins jeunes.

Je vous laisse avec quelques exemples de pièces en verre que nous proposerons de réaliser lors des ateliers et si vous souhaitez découvrir nos travaux respectifs, nous exposerons quelques pièces ces jours ci afin de montrer le champs des possible après quelques années d’expérience.

Au plaisir de vous y retrouver à bientôt !
Nathalie.


 

Les perles dans l’Art | Le cinéma et les perles, symbole d’immortalité

Quel est le rapport entre la série Stargate SG1, le film Death becomes her et mon blog ? Et bien ce sont les perles, les perles dans l’univers du costume.

La haute couture est toujours une destination qui fait envie pour beaucoup de créateurs. Bien que l’idée de participer un jour à un projet dans cet univers prestigieux me laisse rêveuse, j’ai toujours été fascinée par les costumes de scène au théâtre, par les costumes réalisés dans le monde de la danse, du cinéma ou de la musique. Là où les idées, les personnalités et les corps prennent vie et s’expriment au travers du vêtement. Je trouve que c’est une forme d’expression exceptionnelle, qui fait appelle à de nombreux savoir faire, à des références historiques et culturelles par centaines et dont la symbolique de toutes choses est toujours utilisée avec soins. Car chaque éléments d’un costume est sensé représenter une époque ou un univers, une personnalité, la place d’un personnage dans la société et bien d’autres de choses encore, retranscrites par les couleurs, les textures, les motifs etc… Rien n’est là par hasard et c’est tout ce que j’aime: que les choses aient du sens. Je prend d’avantage conscience de tout cela au fil du temps, depuis que je travaille notamment sur un projet en collaboration avec Claire Gollentz créatrice de l’atelier Pourpre, qui a beaucoup enrichie mes connaissances à ce sujet.

Le costume est donc une approche fantastique pour emmener son propre savoir faire au delà de nos limites et de notre imagination. Par exemple je suis fascinée par les costumes de scène de Bjork dont les créateurs font toujours preuve de beaucoup d’originalité technique et plastique, par les merveilleuses broderies de Michele Carragher sur les costumes de Games of Thrones ou encore par le monde du cosplay, mais automatiquement et systématiquement, mes yeux sont attirés par les perles et leur utilisation dans les costumes.

L’idée d’écrire cette chronique est à la base venue de mon attrait pour les perles que l’on voit sur les tableaux. Mais j’aime l’art et l’Art regroupe tellement d’autres disciplines  qu’il serait dommage de ne pas s’y intéresser. Cet article m’est venue de la série Stargate SG1 et d’un épisode en particulier Princesse Shyla. Mais j’ai remarqué que le premier épisode de la première saison intitulé Children of gods  diffusé le 27 juillet 1997, nous présente le personnage nommé Sha’re, simple humaine, enlevée par Apophis et transformée en Goa’uld. Elle s’élève alors malgré elle au rang de reine. On peut voir sur les image ci dessous les perles qui encadrent son visage. Son costume est inspiré par la mythologie égyptienne mais la dessinatrice  des costumes, Christina McQuarrie assume parfaitement y avoir ajouté des petites touches d’humour.

Le 24 juillet 1998, dans le cinquième épisode de la saison 2 de la série, nous faisons enfin la rencontre de la princesse Shyla. On la découvre tout d’abord lors d’un repas, joliment vêtue de perles sur une tenue asymétrique.

Et puis un peu plus loin ans l’épisode, elle bouleverse ma vie, en portant un poncho de perle par dessus une robe bustier.

J’ai été fascinée par le poncho de perles que porte Shyla. Il faut avouer, que porter un tel poncho serait vraiment super. C’est au delà du bijoux, les perles sont devenues un vêtement à part entière. Et je trouve que c’est simplement magnifique. Les détails notamment, au niveau des épaules et du dos.

Et ce n’est pas sans rappeler Isabella Rossini dans le rôle de Lisle Von Rohman dans le film La mort vous va si bien ( Death becomes her) . Si éventuellement on peut se permettre de reproché un peu de lourdeur au poncho de Shyla, ce n’est pas vraiment le cas pour Lisle. Ici, nous retrouvons bien le thème de la parure de perle pour vêtement, mais ce film réalisé en 1992, propose une vision du poncho légèrement plus aguicheuse, dans le style Chanel des années 80 avec des dorures, des chaines et du clinquant tout étant chic.

Le point commun de ces deux figures et de ces deux derniers modèles est indiscutablement la mythologie égyptienne avec le thème de l’immortalité, un thème qui unie ces deux personnages féminins. Shyla, qui utilise le sarcophage Goa’uld ne vieillit pas et Lisle Von Rohman fête ses 71 ans, mais a l’apparence d’une jeune femme, grâce à la potion de vie qu’elle utilise et vend.

Les deux parures qu’elles arborent, sont à mes yeux une extrapolation de ce que pourrait être la fameuse collerette égyptienne, non pas au temps de l’antiquité mais dans une période plus contemporaine ou encore dans une autre galaxie où les humains déportés sur d’autres planètes ont apportés leur culture et ont évolués avec dans le nouveau monde qui les a accueillis.

Shyla vit dans une pyramide en terre inconnue, Lisle aux Etats-Unis et plus précisément à Hollywood, mais ce qui m’a fait arrivé à cette conclusion c’est que l’on voit clairement l’aunk sur la boite qui contient l’élixir de longue vie de Lisle. J’adore d’ailleurs le détail de l’œuf comme contenant, qui évoque la résurrection comme celui de Karl Fabergé et la couleur bleu qui évoque le ciel et son immensité. J’adore aussi la fiole évidement qui elle aussi porte une collerette…

Quoi qu’il en soit, dans ces deux contextes très différents, on découvre que l’immortalité, n’est pas forcément un cadeau et qu’il y a toujours le revers de la médaille dont il faut se méfier. Car si le sarcophage Goa’uld préserve la vie en apparence, il retire peu à peu l’humanité de l’homme qui s’en sert. Et si, Madeline Ashton succombe à l’élixir de longue vie que lui vend Lisle Von Rohman pour rester jeune, elle doit renoncer à la célébrité et vivre dans la discrétion. C’est tout de même une belle moralité ! On pourrait d’ailleurs croire que l’art est immortel, malheureusement ce n’est le cas, que s’il est protégé. Je pense tout d’un coup aux trésors archéologiques en voie de disparition en Irak et en Syrie actuellement… Mais si je peux croire à quelque chose, c’est que les perles de verre, traversent les âges et cela rend cette discipline d’autant plus magique et symbolique comme le montre l’article consacré à la trouvaille d’un collier de perles de verre de l’ancienne Egypte en 2013, « Cléopatra’s necklace ».

Si j’avais eu le temps, je vous aurais volontiers proposer ma propre interprétation de « la collerette de l’immortalité » car les perles de verre sont vraiment bien plus appropriées dans cette thématique que celles que l’ont voit sur les images de ces films. Mais faute d’avoir pu réaliser ce projet, je vous propose un croquis esquissé à l’instant. En espérant peut-être un jour avoir le temps d’y consacrer du temps. Mais non, je ne prendrai jamais quoi que ce soit qui altérera mon humanité, c’est promis.

17035961_10209949840837404_872679666_o

 


 

 

 

 

ART | Collaboration avec Guillaume Thoraval : Pique à Chignon.

 

Pique à Chignon (2015) Guillaume Thoraval & Nathalie crottaz.

Inclusion, soudure verre métal, borosilicate, sodocalique.

En rencontrant Guillaume, toute une nouvelle dimension est apparu devant moi. Je ne connaissais pas la verrerie scientifique au chalumeau, je ne connaissais pas le monde de la bille de collection et lui ne connaissait pas si bien que cela le monde la perle, mais il était intéressé par le sujet et déjà impressionné par le travail de certaines collègues. J’étais curieuse de découvrir son univers et d’en savoir plus. Lorsque nous nous sommes rencontrés nous avions nourri dès le départ l’envie de créer ensemble. Bien que cette pièce ne soit pas liée au travail scientifique à proprement parlé, pas de volume creux, pas d’appareils complexes, les travaux et les réflexions personnelles de Guillaume en tant que verrier scientifique l’ont amené à réaliser des inclusions et à développer des couleurs de verre avec des matériaux composites. Ce que nous avons utilisé dans cette collaboration.

L’idée de cette pièce, vient de Guillaume qui souhaitait travailler sur le thème du pique à chignon. J’ai trouvé l’idée séduisante, car dans l’univers de la perle de verre, c’est un accessoire souvent utilisé et moi même j’attache souvent mes cheveux avec ce type d’épingles. C’est aussi un accessoire que je trouve élégant, à la fois féminin et masculin.  Au Japon, les Geishas utilisent des Kanzashi pour décorer leurs coiffures mais qui peuvent aussi bien faire office d’arme de défense et pendant la periode Jomon, ces accessoires étaient supposés posséder des pouvoirs mystiques et ils étaient utilisés pour éloigner de leur porteur, les esprits maléfiques.

Cette dernières anecdote historique, rejoint l’esprit de notre collaboration. Ce pique à chignon, surmonté d’une inclusion de quartzite dans du verre borosilicate et aussi constitué d’une perle ronde plate, parsemée de points, reprenant la symbolique du mandala, se termine par une longue tige de verre. Cette pièce pourrait parfaitement faire office de sceptre ou de talisman, au vue de sa taille et de sa conception. Le pique a chignon mesure près de 30 cm de long. Et plutôt qu’une arme d’autodéfense, il pourrait être utilisé comme les baguettes de guérison. C’est un peu un artefact, avec une dimensions ésotérique.

La perle est enfilé sur une tige tungsten et le tout n’est pas collé, ni visé, mais littéralement soudé. Ce qui a été la phase la plus difficile pour Guillaume, qui s’est chargé de l’assemblage. Du fait que la perle soit en verre sodocalcique et le reste en borosilicate, il n’a pas été évident de préserver la perle des chocs thermiques éventuels pendant les phases de soudures. Mais ce travail technique fait partie intégrante de la beauté de cet objet et par extrapolation, on pourrait dire que de la conception à la perception de l’objet, le côté masculin protège le côté féminin qui renforce le tout. C’est un symbole très fort pour moi.  A mes yeux, l’harmonie et l’équilibre entre l’homme et la femme est primordial sur Terre. L’un et l’autre devant jouer de ses atouts pour veiller sur l’autre. Savoir former un cercle, une communauté de façon vertueuse. Et c’est en cela que le mandala prend tout son sens, par la forme de la perle et par sa décoration, j’ai eu envie de traduire l’esprit du yin et yang dans une autre langue.

Cette pièce est donc pour moi, un symbole d’union, entre la science et l’art, entre l’homme et la femme, entre les énergies positives et négatives. C’est une pièce qui cherche l’équilibre et l’harmonie, qui met en avant divers techniques pour protéger un savoir faire d’une part, la perle, mais aussi cette pièce symbolise certainement pour Guillaume, une avancée technologique, le fait que l’impossible devienne possible. Au delà de cela, je suis heureuse d’avoir pu mettre en valeur le travail de Guillaume sur les propriété profondes du verre, comme il a su mettre le mien en valeur dans cette collaboration. Nous avons crée cette pièce en 2015 et aujourd’hui nous souhaitons continuer de travailler sur ce thème. Il était temps pour nous que nous en parlions.

Merci pour votre lecture, je vous invite à continuer la conversation dans les commentaires, n’hésitez pas a partager les images avec respects et amour. A me rejoindre sur ma page facebook consacré à mes pièces uniques et mon travail d’enseignante ou encore à découvrir le travail de Guillaume sur sa page Facebook. Nous sommes ouverts à rejoindre toutes propositions artistique avec cette collaboration, pour une plus grande collaboration.


 

 

Blog | 1 semaine dans mon atelier

Je partage avec vous aujourd’hui quelques images dans l’esprit du blog et je vous propose de découvrir, les moments clés de ma semaine.

Alors entrons dans le vif du sujet, j’ai commencé ma semaine avec une production de perle ronde, tout en écoutant un audio livre: Vingt mille lieues sous les mers de Jules Verne, que vous devez connaitre. Le capitaine Nemo et son Nautilus me fascinent, mais je n’ai pas encore terminé l’audiolivre. Je ne sais donc pas, si ce sentiment sera toujours présent au fil des chapitres, car je ne l’ai jamais lu ! Pour ceux qui pensent qu’ils n’ont pas le temps de lire, c’est vraiment une option à prendre en considération, surtout lorsque le travail ne demande pas trop de concentration, comme c’est le cas ici. Au début, lorsque je filais des perles seulement 3 à 4 heures par semaines, j’écoutais de la musique. Agnès Obel à marqué mes débuts avec l’album Philharmonics en 2010. Mais maintenant que je travaille plusieurs heures par jour, je préfère garder la musique pour la détente de fin de journée ou lorsque je travaille sur l’ordinateur. J’apprécie donc que l’on me fasse la lecture lorsque je chalume.

Le temps que cette centaine de perles recuisent au four, j’ai commencé à travailler sur un article que je souhaite partager sur le blog prochainement, sur l’entretien des mandrins. J’en avais un bon paquet qui attendait d’être nettoyés comme vous pouvez le voir.

dsc_2618

Dans la semaine, j’ai aussi consacré un peu de temps à l’élaboration d’un set de perles de différents diamètres entre quelques phases de production de perles. J’ai encore un autre set à réaliser avec des diamètres intermédiaires. Mes clients apprécient de voir les couleurs et les différentes formes de perles pour les commandes sur mesures. Après cette photo, j’ai renversé tout mon pot d’encre sur le sol ! C’était ma petite coquetterie, je l’avais acheté spécialement pour mon plaisir d’écrire à la plume sur mes petites étiquettes et mes divers cartes de remerciements… Heureusement il m’en reste encore, mais les ficelles sont maintenant couleur cassis et je dois tout remonter.

dsc_2659

J’ai aussi pris le temps de faire des photos de toutes les pièces de verre que j’ai reçu en cadeaux ou que j’ai échangé ces deux dernières années, car j’avais depuis longtemps envie de les présenter sur mon facebook personnel,  pour honorer toutes les personnes qui contribues chaque jour à mes petites joies. Chaque pièces me fait penser à quelqu’un et j’aime bien visualiser ces personnes et leur envoyer pleins de bonnes énergies ! Ici, c’est un pendentif réalisé par Guillaume Thoraval, avec un coquillage inclus dans le verre.

dsc_2077

Guillaume et moi, nous avons eu le plaisir de recevoir il y a quelques mois, un courrier de la part de Cécile Claverie, avec une perle et de la frit de verre de chez Reichenbach. Elle souhaitait que nous testions un procédé particulier qu’elle avait découvert. Je n’ai malheureusement pas eu le temps de m’y atteler mais le fait d’en parler va me permettre de replacer ceci sur ma liste du mois de mars. C’est tellement gentil de sa part, que je souhaitais vous faire connaitre leur atelier « Souffleur de verre J-M Rimbault« . L’atelier se situe dans un petit village qui s’appelle Louhossoa, il se trouve sur la route de St jean pied de port au pays basque. En parallèle depuis 3 ans, ils ont créés avec des amis artisans d’art l’association d’Arts et de Rêves, qui leur permet de présenter différent savoir faire autour de différentes matières. L’association organise deux événements par ans, dont les JEMA ou  le but est de réaliser et présenter une ou plusieurs collaboration et lors des journées du patrimoine, ils proposent d’initier le public à leurs différent savoir faire. C’est aussi grâce à Cécile que j’ai pu retransmettre l’information sur le forum de discussion facebook de l’A.V.C.F, au sujet du film «  La souffleuse de verre  » diffusé sur Arte en décembre, dont je vous recommande le visionnage. Alors à l’occasion, n’hésitez à faire un détour par leur atelier basque.

dsc_2662

Sinon, j’en parle depuis un moment maintenant, mais j’ai presque terminé la création de ma boutique en ligne Neha Crea. Comme ce site, ce blog, s’adresse essentiellement aux verriers, puisque ici je communique autour des mes créations, je partage des informations à propos du verre, à propos de la communauté et que je parle de mes stages, j’ai décidé de faire de Neha Crea une marque à part entière. J’ai donc passé des dizaines d’heures à construire le site internet. J’ai vraiment hâte que cela soit terminé car je suis excitée de le lancer et aussi car j’aimerais consacrer d’avantage de temps derrière le chalumeau.  J’ai masqué un objet en verre avec une pastille fushia sur la photo, car c’est un prototype pour un projet artistique, que je ne peux dévoiler pour le moment. Mais c’est bien, un peu de suspense !

dsc_2665

Cette semaine, j’ai passé beaucoup de temps au chalumeau pour travaillé sur un format de perle que j’ai peu utilisé jusqu’à présent: Les lentilles. J’en ai déjà fait auparavant mais dans de grandes dimensions, j’ai eu beaucoup de difficulté à trouvé la presse idéale pour les réaliser et j’ai fini par trouver mon bonheur chez Beadpress, Maria et Martin sont adorables, vous pouvez commandez chez eux les yeux fermés, ils sont venus au 2eme Symposium en tant que fournisseurs et sponsors d’ailleurs. Je travaille donc actuellement sur une forme de lentille plutôt fine, idéale pour les pendentifs. J’ai nommé ce modèle « bouclier ». Il m’a fallu beaucoup d’essais pour arriver à ce dernier motif, mais j’ai un but bien précis et ceci n’est qu’une étape de l’idée finale.  J’adore les lignes et les déformations dans le travail du verre !

Il ne faut pas s’y méprendre, il ne s’agit pas d’une spirale, mais bien de 5 cercles indépendants, égocentrique ou cosmocentrique. Ils représentent notre capacité à travailler sur soi ou à s’ouvrir au reste de l’univers. On retrouve la notion de mouvement avec la spirale centrale et le motif que se déforme d’avant en arrière. J’aime beaucoup que le centre ne soit qu’un point, qui équilibre, recentre. C’est comme la racine, la base, la lumière. Ensuite, les 4 couleurs des lignes, sont simplement celles que j’aime le plus travailler avec le beige opaque. Derrière le bouclier, il y a un motif à l’aventurine, ça brille, ça explose, j’adore.

Cette semaine, j’ai aussi fais les photos d’une collaboration avec Guillaume, que nous avons réalisé il y a plus de 2 ans. Ce qui nous a donné envie d’approfondir à nouveau le sujet car de nouvelles idées nous sont venues. Certains ont déjà pu voir  notre pique à cheveux à divers endroits comme à Sars Poterie ou à Romont Vitro Festival en Suisse. C’est une collaboration basé sur l’alliance de nos savoirs faire respectifs et d’une réflexion sur l’équilibre notamment entre l’homme et la femme mais aussi dans le tout. J’avais travaillé sur le thème du mandalas en déstructurant le yin et yang pour l’occasion.

unique-glass-bead-by-nathalie-crottaz-mandalas-dots-ying-yang-glass-art

Pour finir, j’ai passé mon samedi après midi en compagnie de Kathryn Greer, qui m’a invité à travailler dans son atelier provisoire sur un projet commun. Nous n’en sommes pas à notre premier rendez vous, car nous avions déjà travaillé ensemble sur une perle en forme de goutte, que certains ont déjà pu voir. Chaque séance est un plaisir, un plaisir de travailler à deux, de discuter du verre, des couleurs, des techniques, des péripéties liées à l’entrepreneuriat. C’est l’avantage d’avoir quelques fileuses à côté de chez soi, ces petits moments de travail et de créations sont vraiment appréciables, pour ne pas se sentir trop isolé. N’hésitez pas à rejoindre la communauté sur facebook ou bien à discuter ici. C’est une invitation à l’intention des débutants comme des plus avancés

dsc_2726

Kathy est actuellement en train d’effectuer des travaux dans son atelier et pourtant cela ne nous a pas empêché de nous retrouver dans un endroit provisoirement aménager, pour travailler sur notre collab. Comme le dit Kristina Logan, lors de sa conférence « Transparency  » l’important c’est le travail, le travail du verre. De plonger dans le travail et d’en sortir quelque chose.

Pinterest et la mode des ateliers créatifs au domicile , renforcent en permanence, l’image qu’il faille avoir un atelier parfait, ultra fonctionnel, à la mode. Evidemment cela donne envie. Cela rend les choses agréables et faciles. Moi même j’ai eu besoin de plus d’espace à un moment donné, j’ai eu recours à des aménagements bien sur. Mais c’est aussi du temps et de l’argent. Nourrir en permanence l’envie de mieux, peu parfois retarder pour longtemps vos projets. J’en ai fais l’expérience, mais en réalité beaucoup de personnes ont débutées sur un coin de table, dans une cuisine, dans un abri de jardin… Maintenant je pense que le mieux, c’est de se mettre au travail, peu importe les conditions, elles s’amélioreront ensuite. Je suis malgré tout très reconnaissante d’avoir un atelier comme le mien, c’est une chance.

Voilà, je vous remercie pour votre passage,  faites moi part de vos envies en commentaires, faites moi savoir ce que vous aimeriez voir ou posez moi vos questions, j’essaierais d’y répondre . En tout cas, j’espère que cette semaine partagé avec vous, vous aura donnez envie de créer, d’avancer ou de partager la votre. N’hésitez pas également à partager votre blog en commentaire, afin que je puisse découvrir votre univers. Je vous souhaite une bonne semaine, à très vite.

 


 

Projet | Coup de fil au destin


thelephone-detournement-verrier-dart-de-france

numerologie-destine-telephoner-au-destintelephone-detournement-dobjets


tnumero-de-telephone-de-la-destinee-numerologie-detournement-dobjet-telephone-nathalie-crottaz

  Vous vous souvenez du Bilboquet, qui évoque pour moi la répétition du geste, essentiel à tout apprentissage, un geste à la fois amusant et agaçant en cas d’échec, mais qui attise quelque chose en nous, une envie d’y arriver et une envie de se mettre soi même au défi, comme c’est le cas avec la confection de perles de verre. C’est un objet lié à l’enfance et les perles le sont aussi pour la plupart des gens. Grâce à elles, nous faisons l’apprentissage de la patience et nous développons notre motricité fine.

Cette fois, j’ai choisi de travailler avec un téléphone, car ce model est aussi un objet de mon enfance. Dans mon présent les perles représentes mon défi le plus grand . Mais si les perles ont jouées un rôle dans mon enfance et qu’elles jouent un rôle dans mon présent, je m’interroge par moment sur ce que sera leur rôle dans mon avenir.

L’idée de passer un coup de fil au destin me plait. On pense trop souvent que l’avenir nous dira tout en sous entendant qu’on ne le saura qu’une fois qu’on y sera. Je pense que c’est à nous de dire à l’avenir ce que l’on veut, pourquoi et comment. L’avenir est à notre service et il conspire à notre réussite, mais c’est à nous de lui confier nos plans. Il est tout de même plaisant de considérer que l’on peut lui parler.

.Nathalie.

telephone-nathalie-crottaz-artiste-verrier-detournements-dobjets

Téléphone de perles #1 Détournement 2017