Formation | Mon stage avec Holly Cooper

Il y a déjà quelques mois maintenant, j’ai eu la chance de suivre un stage de 3 jours avec Holly Cooper et je n’ai rien oublié de ce que j’ai appris auprès d’elle. Je vais enfin partager avec vous les photos des perles que j’ai réalisées pendant le stage. Vous pourrez donc voir le résultat du module A et B à savoir : perfectionner le façonnage et la pose des fils de verre puis développer le travail des couleurs, dans le but d’élever le degré de précision dans ces techniques. Mon parcours est composé de plusieurs stages: 1 pour les bases et 2 pour approfondir mes techniques et acquérir plus de maîtrise dans mes gestes et dans la compréhension du verre dont celui-ci. Je ne me lasserais jamais des stages et j’ai hâte de vivre le prochain !

L’Association des Perliers d’Art de France avait organisé ce stage exceptionnel en avril dernier à l’atelier de l’Âge du Verre de Pascal Guegan, que vous devez connaître maintenant. Nous étions une quinzaine et nous avions tous un chalumeau différent. Ce qui était plutôt pratique, chacun a pu choisir son chalumeau en fonction de son niveau ou de ses envies. Généralement les stages se déroulent toujours dans une ambiance amicale et chaleureuse, café, papotages et rencontres sont compris dans la formule !

C’était vraiment quelque chose pour moi de rencontrer Holly et aussi un vrai « B-honneur » d’apprendre d’une personne comme elle. Faire sa connaissance et pouvoir discuter un peu de son art et de ses habitudes était très agréable. Son parcours est vraiment très intéressant car avant de travailler le verre, elle travaillait la céramique et a découvert le verre dans un atelier collectif. C’est en combinant ses connaissances et en faisant travailler son sens de l’observation qu’elle a approfondi ses techniques en autodidacte et qu’elle a développé ensuite ses fameux motifs aux fils et les couleurs qui lui sont propre. Elle travaille dans une atmosphère chaude la plus grande partie du temps, comme elle vit au Texas, son poste de travail est simplement posé devant une fenêtre. Chose vraiment difficile à faire ici en France, avec les saisons fraîches plus longues que les saisons chaudes. Holly Cooper ne travaille pas vraiment les grands formats, son travail réside plutôt dans un façonnage très bien équilibré et surtout dans le travail des couleurs puis des motifs, qui sont littéralement dessinés à main levé grâce à l’utilisation de fils de verre.

Son travail associe différents matériaux, notamment du cuivre et de l’argent, mais elle joue aussi avec les émaux et les verres réactifs. Des combinaisons sont élaborées puis appliquées comme des recettes de cuisine, pourtant beaucoup de variables ont un impact important sur le résultat comme le type de flamme, le choix des fluides, le temps de travail dans la flamme tout comme le temps de cuisson dans le four sont autant de paramètres que de résultats possible et c’est là tout son savoir-faire et la magie de ses perles, qui sont de véritables œuvres d’art, unique en leur genre. C’est vraiment un processus intéressant, créatif et personnel qu’elle nous a transmis et que l’on peut comprendre encore mieux lorsque l’on connaît déjà certains mécanismes en céramique. D’ailleurs la céramique n’a jamais été très éloignée du verre. Mais ceci est une autre histoire…

J’ai donc beaucoup appris et beaucoup découvert. J’ai réglé plusieurs points important autour du façonnage pour obtenir un équilibre parfait afin d’obtenir une perle bien ronde quelle que soit la forme de la perle. C’était pour moi la chose la plus importante à acquérir pendant le stage car c’était là une des difficultés que j’avais du mal à résoudre par moi-même, notamment sur les grandes perles. Pendant le stage, j’ai beaucoup regardé, écouté, questionné et noté. C’est très important de savoir s’approprier un stage collectif en questionnant mais aussi en échangeant avec les autres participants. Car chacun possède des bases différentes et exécute les techniques différemment, donc c’est aussi un avantage en ce sens de suivre un stage collectif pour les conseils très personnels que l’on peut en tirer de ci, de là.

Pratiquer le plus possible pendant le stage est important, car cela permet de voir quelles sont les vraies difficultés des gestes à reproduire ou des points stratégiques qui peuvent poser problèmes dans le déroulement de la technique. De plus on enregistre bien plus facilement ce qui a été vue et surtout en prenant conscience des difficultés, on peut immédiatement poser des questions afin de comprendre son erreur et la corriger. C’est en tout cas une façon de fonctionner qui a de bon résultat sur moi, puisque j’ai une mémoire plutôt visuelle.

Par conséquent, j’ai pris plus de temps à façonner les perles et à poser les fils en début de stage qu’en fin de stage. Lors du module B, je me suis attardée sur les expériences avec les couleurs plus que le reste ce qui était un avantage en comparaison à ceux qui n’ont pas pu suivre le module A et qui ont dû avancer très vite sur la construction des corps de perles et sur les décors au stringers. Il est donc important de faire de son mieux dans les étapes techniques de pose ou de façonnage car il s’agit d’acquérir de la précision. Le travail de couleur est quant à lui quelque chose de plus spontané, de plus abstrait, donc de plus expérimentale; car d’une perle à une autre le résultat peut varier fortement en fonction des différents paramètres appliqués. Explorer les champs des possibles est donc la meilleure façon d’appréhender ces techniques.

Bol de perles

Antique glass beads inspiration reproduction de perles de verre anciennes

arabesque lignes droites feuilles d'argent double helix stage de perle

Glass bead holly cooper flora y fauna lessons

Roman glass beads Oriental style art antique glass beads flore faune

Glass Beads Arabian Style training class in france with holly cooper

inspiration Perle ancienne romaine stage holly cooper

Perles de verre stringer control decors au fil de verre

perles de verre au chalumeau feuilles d'argent email verre réactif bain d'acide

Resultat du stage avec holly cooper à L'age du verre

verre au chalumeau masque le verre au vernis acide et feuilles d'argent (1)

Se former toujours d’avantage est tellement enrichissant pour tout ce que cela apporte personnellement mais aussi artistiquement. Cela a aussi de l’importance si l’on considère que l’on fait partie d’un tout, d’une communauté et que le savoir transmit de cette façon ne pourra pas s’éteindre et disparaître bien au contraire. Ce qui, pour l’histoire du verre au chalumeau est extrêmement important puisqu’il s’agit encore d’un métier rare. De plus, après une formation, des portes s’ouvrent et le savoir-faire fraîchement intégré permet d’envisager le chemin de l’accomplissement artistique possible à suivre ! On se sent à nouveau pleins d’enthousiasme et de motivation. C’est énergisant ! La technicité d’un verrier est souvent le résultat de plusieurs années de recherches, d’essais, d’erreurs et de réussites mais aussi d’échanges avec les autres, car le regard de chacun permet d’appréhender les problèmes de différentes façons et de les résoudre ou les contourner.

Acquérir de la technique par le biais d’une personne n’est pas un frein au développement de sa propre personnalité contrairement à ce que certaines personnes peuvent penser. Même si apprendre la technique de quelqu’un implique d’essayer son style, c’est à nous de savoir utiliser la technique pour s’épanouir en utilisant ses propres sources d’inspiration et ses propres observations pour enrichir le tout. Comme les plus grands peintres, il faut d’abord avoir appris les bases, s’être entraîné au classique avant de pouvoir se l’approprier concrètement puis le dépasser pour aller dans la construction ou la dé-construction. C’est en tout cas la façon dont je perçois les choses et le processus que j’utilise pour atteindre les buts qui se dessinent progressivement dans le temps. La technique est synonyme de liberté pour moi. Une fois une technique acquise on peut réaliser toute sorte de choses et plus rien ne nous entrave… jusqu’à ce qu’un autre challenge s’offre à nous !

Mais la technique ne fait pas tout et heureusement, l’expérimentation fait appelle à l’intuition, c’est inné. Elle est complémentaire et primordiale, à exercer le plus souvent possible et dans n’importe quel domaine artistique car on apprend toujours par soi-même si l’on fait preuve d’observation, de rigueur et de créativité. En allant vers l’expérimentation, vous allez sans nul doute vous confronter à des obstacles. Et de ces obstacles vous allez peut-être découvrir quelque chose d’intéressant à approfondir…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s